•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Audio fil du lundi 29 janvier 2018

Rattrapage

  • « Bien sûr que la confiance, c'est accepter le risque d'être déçu, voire d'être trahi, parce que rien ne garantit la confiance. Mais sans la confiance, aucune relation, amoureuse ou sociale, et aucune institution n'est possible. Faire confiance, c'est un risque, mais c'est un risque nécessaire. » L'essayiste Philippe Bernier Arcand définit le mot « confiance », alors que la méfiance à l'égard des médias et des politiciens se fait ressentir à l'échelle mondiale, notamment à cause du fléau des fausses nouvelles.

  • « On a besoin de s'ancrer quelque part. J'ai tiré sur les deux pays pour essayer d'en tricoter un qui est à moi, qui est plus intérieur, qui est poétique. » Née à Montréal de parents aux origines tunisiennes, Elkahna Talbi alias Queen Ka explore les questionnements que soulève sa quête identitaire perpétuelle. Habituée des planches et de la scène, la slameuse diplômée en théâtre de l'Université Concordia accouche de son premier recueil de poésie, Moi, figuier sous la neige à Mémoire d'encrier.

  • « C'est l'histoire d'amour d'une femme pour elle-même, d'une femme qui se célèbre [...]. Il n'y a pas meilleure revanche contre le patriarcat que l'amour que l'on peut se porter à soi-même », croit l'auteure Daphné B. à la suite de la lecture du roman La marquise sort à cinq heures, de Frankétienne. L'historien Daniel Turcotte, quant à lui, s'est délecté du roman L'homme aux deux ombres, de Steven Price, une histoire d'enquête qui se déroule dans un Londres lugubre. Émilie Dubreuil a elle aussi apprécié sa lecture, Cette nuit, de Joachim Schnerf, qui explore les névroses familiales, mais toujours avec un brin d'humour.

Vous aimerez aussi