•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Audio fil du lundi 23 octobre 2017

Rattrapage

  • Human Flow, la crise des migrants dans l’œil indigné d’Ai Weiwei

    « Il évite de tomber dans l'impressionnisme à l'excès. Il réussit à nous trouver des moments de pure beauté et de pure humanité », dit l'animateur Nicolas Ouellet, après visionné le documentaire Human Flow, de l'artiste contemporain Ai Weiwei. En compagnie de la chroniqueuse Ariane Cipriani, il parle de cette œuvre qui tente d'élucider la crise migratoire, qui touche plus de 65 millions de personnes dans le monde.

  • Le mot à définir avec François Cardinal : maire

    « Le maire [de Montréal] est élu, au suffrage universel, par un plus grand nombre de personnes que le premier ministre du Québec [...] la légitimité démocratique du maire est plus grande », explique le journaliste, auteur, chroniqueur et éditorialiste en chef à La Presse, François Cardinal. Selon lui, les villes prennent de plus en plus d'importance, puisqu'elles sont plus souples, plus agiles à agir sur le terrain que certains gouvernements. À l'aube des élections du 5 novembre, il est intéressant de se pencher sur l'origine de la fonction de maire dont le pouvoir a beaucoup évolué au cours de l'histoire.

  • Manikanetish de Naomi Fontaine, saisir toute la force d'une communauté

    « Les choses n'ont pas tant changé, on vit dans une société où être blanc est plus valorisé qu'être Innu ou qu'être immigrant. On n'a pas besoin de te le dire, mon enfant a 8 ans et il le sait d'instinct », constate avec désolation l'écrivaine Naomi Fontaine. Son livre, Manikanetish, paru à Mémoire d'encrier, aborde justement les thèmes d'injustice et de résilience que vivent les populations autochtones du Québec, mais aussi de leur force et de leur détermination. Née à Uashat, Naomi Fontaine se projette dans son récit qui devient de l'autofiction puisqu'il prend place dans l'école où elle a enseigné le français pendant plusieurs années.

Vous aimerez aussi