•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit!

Avec Marie-Louise Arsenault

En semaine de 13 h à 15 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 1 h et le samedi à 20 h)

Audio fil du mardi 23 mai 2017

Rattrapage

  • Après avoir navigué sur les mers d'Alaska 10 ans, l'aventurière française Catherine Poulain avait le bagage nécessaire pour l'écriture de son premier roman, Le grand marin, vendu jusqu'à maintenant à 300 000 exemplaires. À travers le personnage de Lili, qui est un peu son double, l'écrivaine, aujourd'hui bergère et ouvrière viticole dans les Alpes de Haute-Provence et dans le Médoc, raconte un peu son expérience inouïe sur les mers agitées et fait vivre sa passion pour l'Alaska, l'océan et les pêcheurs.

  • « J'étais tellement heureux d'avoir ce nouveau roman-là. Ça m'a vraiment, vraiment marqué », raconte l'auteur David Goudreault à propos du roman jeunesse La course à l'amour, paru en 1989 à La courte échelle, au moment où il avait 10 ans. Il se souvient de ce livre comme d'une lecture « très érotique ». Pour le segment « L'éducation sentimentale », David Goudreault revient, en compagnie des auteurs Perrine Leblanc et Jean-Philippe Baril-Guérard, sur les lectures qui l'ont profondément touché lorsqu'il était jeune.

  • « Pendant une bonne partie de l'Antiquité, notamment à Rome, l'homosexualité était à toute fin pratique banalisée », souligne Pierre-Luc Brisson, doctorant en histoire ancienne, pour le segment « L'Antiquité pour les nuls ». La perception qu'avaient les Romains et les Grecs de l'homosexualité était complètement différente de celle qu'a eue par la suite l'Occident, où le christianisme a profondément forgé, pendant 2000 ans, la perception populaire relativement aux rapports entre mêmes sexes.

Vous aimerez aussi