•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Place publique

En semaine de 15 h à 18 h

244 mémoires présentés lors de la deuxième portion des audiences du BAPE sur GNL Québec

Rattrapage du mardi 20 octobre 2020
Des documents du BAPE.

Des documents ont été remis aux personnes présentes.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Les membres de la commission d'enquête du BAPE sur le projet de construction d'une usine de liquéfaction de gaz naturel à La Baie par l'entreprise GNL Québec entendront 244 citoyens ou organismes lors de la deuxième portion des audiences publiques.

Le coup d’envoi des séances sera donné le 26 octobre. Contrairement à la première partie, elles auront lieu de façon virtuelle en raison de la pandémie de COVID-19.

Au total, la commission, dirigée par Denis Bergeron, a reçu 1800 avis d’intention de la part de citoyens ou organismes désireux de manifester leur point de vue par l’entremise d’un mémoire. De ce nombre, seulement 244 ont choisi de prendre la parole devant la commission. Les 1600 autres documents seront lus et analysés par les commissaires.

C’est le moment pour la commission d’entendre les citoyens et les organismes. Les deux commissaires (Denis Bergeron et Laurent Pilotto) seront en direct du bureau du BAPE à Québec. On va rejoindre par visioconférence les différents intervenants, a résumé la porte-parole du BAPE, Julie Olivier, en entrevue à l’émission Place publique.

Le temps alloué par personne a été fixé à 10 minutes, soit cinq minutes de moins que la moyenne des interventions lors d’audiences du BAPE.

Au besoin, il pourrait y avoir des échanges avec les commissaires par la suite.

Julie Olivier, porte-parole du Bureau des audiences publiques sur l'environnement

Pas de report

Plusieurs groupes ont demandé le report des audiences de façon à ce qu’elles puissent se tenir en personne, comme ce fut le cas pour la première partie à l’hôtel Le Montagnais de Chicoutimi en septembre.

Les audiences se poursuivront jusqu’au 5 novembre. En cas de besoin, elles pourraient se prolonger.

Les commissaires auront quatre mois pour produire leur rapport, lequel sera ensuite transmis au ministre de l’Environnement du Québec, Benoît Charette, qui devra le rendre public dans un délai de deux semaines. Il émettra une recommandation au Conseil des ministres. Le gouvernement annoncera par la suite si le projet de complexe de liquéfaction de gaz naturel peut aller de l’avant ou non.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !