•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une somme astronomique pour un nouveau navire de recherche de la Garde côtière

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h,
de 7 h à 10 h au Yukon

Une somme astronomique pour un nouveau navire de recherche de la Garde côtière

Rattrapage du mardi 23 février 2021
Une immense grue se dresse au milieu d'une cour du chantier naval

Le chantier naval Seaspan à Vancouver devait livrer le premier navire de science halieutique au début de 2017.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Le remplacement du Hudson, le plus gros et plus vieux bateau de recherche de la Garde côtière, devait coûter 100 millions, selon les estimations de 2016. Aujourd'hui, cette somme s'élève à un milliard de dollars, soit 10 fois plus.

Il y a une mauvaise gestion du projet. On ne contrôle ni les coûts, ni les délais. Chaque cinq ans qu’on attend, ça ajoute un prix d’inflation, déplore Jean-Christophe Boucher, professeur adjoint à l’École des politiques publiques de l’Université de Calgary.

C’est la mauvaise suite d’une longue saga commencée en 2011 lorsque le gouvernement fédéral avait décidé de renouveler l’ensemble de sa flotte de la Garde côtière et de la Marine royale, commente Jean-Christophe Boucher qui ajoute : on découvre qu’on a largement sous-estimé les coûts et les délais. On est rendu à 80 milliards pour l’ensemble de la flotte et ce ne sera probablement pas suffisant.

Le gouvernement fédéral avait annoncé, en 2019, vouloir investir plus de 15 milliards de dollars dans le renouvellement de la flotte de la Garde côtière canadienne avec la construction de 16 navires à Vancouver dans les chantiers de Seaspan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi