•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les multiples conséquences des alertes à la naissance

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h,
de 7 h à 10 h au Yukon

Les multiples conséquences des alertes à la naissance

Rattrapage du vendredi 15 janvier 2021
Une main de femme tient les doigts d'un bébé.

Les alertes à la naissance sont devenues illégales en 2019 en Colombie Britannique.

Photo : Radio-Canada

Les alertes à la naissance, qui permettaient aux services sociaux de signaler les cas où des nouveau-nés pouvaient être en danger afin de les retirer à leur mère, ont été abolies en septembre 2019 en Colombie-Britannique, des mois après avoir été jugées illégales, selon une enquête d'Indiginews. Kassandra Woods, directrice des politiques de santé à l'Association des centres d'amitié autochtones de la Colombie-Britannique revient sur cette pratique controversée.

Malheureusement, il a fallu tellement de temps pour mettre fin à cette pratique, car c’est vraiment le résultat d’un ensemble complexe de pratiques, de politiques et de préjugés historiques au sein de la population, des institutions et des gouvernements non autochtones qui ont cru pendant longtemps que les peuples autochtones étaient incapables de prendre soin de leurs propres enfants , explique Kassandra Woods à propos des alertes à la naissance qui visaient surtout les familles autochtones.

Selon la directrice des politiques de santé à l'Association des centres d'amitié autochtones de la Colombie-Britannique, cette pratique des alertes à la naissance a eu et continue d’avoir de multiples conséquences sur les familles qui en ont été victimes.

Elle a également fait la promotion des stéréotypes selon lesquels les familles autochtones ont besoin d'une surveillance intensive parce qu’elles ne peuvent pas prendre soin de leurs propres enfants en toute sécurité. Elle pouvait aussi dissuader les femmes d'avoir accès à des soins prénataux, précise Kassandra Woods qui déplore le manque de recours possible pour les personnes touchées.

Pour répondre à ce besoin, l'Association des centres d'amitié autochtones de la Colombie-Britannique a lancé une application Safespace où les patients autochtones peuvent signaler les problèmes du système de santé de façon anonyme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi