•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décriminalisation des drogues illicites à Vancouver : un effort légitime

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h,
de 7 h à 10 h au Yukon

Décriminalisation des drogues illicites à Vancouver : un effort légitime

Rattrapage du jeudi 19 novembre 2020
Des ambulanciers aident une personne allongée au sol dans une ruelle.

Les premiers répondants tentent de sauver une personne suspectée d'avoir fait une surdose dans les rues de Vancouver. Entre janvier et septembre 2020, près de 2000 personnes sont mortes d'une surdose dans en Colombie-Britannique.

Photo : Ben Nelms/CBC

Le maire de Vancouver veut décriminaliser la possession simple de drogues illicites. Kennedy Stewart a annoncé mercredi son intention de présenter une motion au conseil municipal à cet effet. Yvon Dandurand, professeur au Département de criminologie de l'Université de la vallée du Fraser, revient sur la portée d'une telle annonce.

Tout le monde est d’accord qu’il faut bouger, mais on se retrouve un peu dans une sorte d’impasse ou de cul-de-sac politique parce que la responsabilité de décriminaliser en légiférant, ça appartient au gouvernement fédéral. Alors, la résolution proposée par le maire Stewart, ça pourrait faire bouger les choses, avance Yvon Dandurand, qui y voit un parallèle avec L’Entente de Vancouver conclue il y a 20 ans pour faire face à une recrudescence des morts par surdose.

Pour le professeur en criminologie, il s’agit bel et bien d’un effort de la part de la ville pour relancer le débat et pousser les autorités compétentes à agir dans la crise des opioïdes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi