•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h,
de 7 h à 10 h au Yukon

COVID-19 : doit-on faire la collecte des données des communautés ethniques

Rattrapage du mercredi 18 novembre 2020
Une affiche citant les noms de sept pays avec le Canada en tête.

L'importance des données sur l'origine ethnique des gens dans la lutte à la COVID-19

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Le taux de mortalité liée à la COVID-19 est plus élevé dans les quartiers où les minorités visibles sont plus nombreuses. Devant ce constat, plusieurs demandent à ce qu'on collecte des données sur l'origine ethnique pour mieux contrer la propagation de la maladie. Une idée à double tranchant selon Damien Contandriopoulos, professeur à l'École des sciences infirmières de l'Université de Victoria.

Si on regarde la lutte contre la COVID-19, c’est peu probable que la collecte de données sur la couleur de la peau ou le statut d’immigration soit vraiment un outil pour jouer sur la transmission, précise Damien Contandriopoulos, qui comprend toutefois l’intention à l'origine de cette demande pour ces données ethniques.

Beaucoup de données à l'échelle mondiale montrent que tout le monde n'a pas le même risque d’attraper la COVID. Plus on est défavorisé dans la société, pire c’est. La capacité de documenter ces injustices, c’est cela qui est derrière l’appel que l’on a d’avoir plus de données fines sur qui tombe malade, note le professeur.

Quand on collecte des données qui sont liées à des facteurs individuels comme la couleur de la peau en lien avec une maladie, le risque c’est qu'on comprenne la causalité dans le mauvais sens. Ce n’est pas parce que certains groupes sont plus exposés à la maladie et donc sont plus malades, que c’est leur caractéristique individuelle qui les rend malades, c'est la société qui les rend malades, conclut Damien Contandriopoulos.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi