•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Enseigner, ça me parle! » : promouvoir la profession d’enseignant

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h,
de 7 h à 10 h au Yukon

« Enseigner, ça me parle! » : promouvoir la profession d’enseignant

Rattrapage du vendredi 23 octobre 2020
Stéphane Bélanger se tient devant une foule d'enseignants qui sont en train de discuter.

Stéphane Bélanger est le président du Syndicat des enseignants du programme francophone en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) lance la campagne « Enseigner, ça me parle! » afin de valoriser la profession d'enseignant en milieu francophone minoritaire. Stéphane Bélanger, président du Syndicat des enseignantes et enseignants du programme francophone de la Colombie-Britannique (SEPF) et porte-parole de la campagne revient sur les défis pour pallier la pénurie chronique d'enseignants.

C’est un secret de polichinelle. Il faut toujours faire du recrutement chaque année. Mais la pandémie a encore mis l’accent sur le fait qu’il y a un manque d’enseignants, précise Stéphane Bélanger.

Mais pour une fois, selon Stéphane Bélanger, la pandémie n’a pas eu que des répercussions négatives sur la profession. Ça a permis de montrer les bons côtés d’être enseignant, car des fois quand les élèves étaient isolés, le seul contact social était avec leur enseignant. Ça a rappelé qu’on peut avoir un impact positif dans la vie des élèves, confirme le président du SEPF.

Même si l’éducation et l'école ont été au coeur de l'actualité depuis six mois, Stéphane Bélanger déplore le silence des politiciens sur le sujet pendant la campagne électorale provinciale.Malheureusement, on n’a pas vraiment beaucoup parlé d’éducation lors de cette présente campagne. Aucun parti ou candidat ne s'est vraiment mouillé pour présenter quelque chose, constate-t-il.

Quant à la récente éclosion de COVID-19 à l’école de l’Anse-au-Sable de Kelowna, le président du SEPF espère que la santé publique va en tirer les leçons, quitte à revoir ses directives.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi