•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h,
de 7 h à 10 h au Yukon

Garderies à 10 $, faut-il encore croire à cette promesse?

Rattrapage du vendredi 25 septembre 2020
Trois fillettes jouent autour d'une table de salon.

Réunir toutes les conditions nécessaires au développement d'un service de garde pour les francophones demeure un défi en Colombie-Britannique.

Photo : Getty Images

« Moi, j'y crois, parce que c'est une solution qui est tellement fonctionnelle à plein de niveaux que ce serait idiot de ne pas l'essayer. Et j'ai l'impression que le gouvernement Horgan a déjà commencé le projet », affirme Sara Langlois, membre de la Coalition pour la défense des garderies de la Colombie-Britannique, au sujet de la promesse de garderies à 10 $ qu'a réitéré le premier ministre sortant au quatrième jour de campagne.

Toutefois, la maman de deux enfants en âge préscolaire en appelle à la patience des citoyens pour que ces garderies puissent voir le jour.

Faut être réalistes, si on veut créer un système de garderies publiques accessibles à tous, ce n'est pas quelque chose qui se réalise en 2-3 ans, précise Sara Langlois, qui constate les progrès accomplis dans le domaine depuis quelques années, même si les places en garderie sont encore trop chères et trop rares.

Ce n’est pas rare à Vancouver de payer plus de 2 000 $ (par mois) pour un enfant de moins de trois ans.

Sara Langlois

À moyen et long terme, il s’avère payant d’investir dans des services de garde fiables et accessibles pour favoriser la participation de tous à la vie économique.

Pour que la société soit fonctionnelle, si on souhaite que les gens puissent se rendre au travail le matin et contribuer, il faut mettre en place des systèmes qui rendent cela possible. Alors moi je vois cela comme un grand trou le fait qu’il n'y ait pas de système de garderies, parce qu’évidemment ça encourage un parent à rester à la maison, bien souvent c’est la femme, conclut Sara Langlois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi