•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« J’ai mal qu'on ne soit pas là » : le doute plane toujours sur la tenue dans 1 an des Jeux olympiques de Tokyo 2020

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h

« J’ai mal qu'on ne soit pas là » : le doute plane toujours sur la tenue dans 1 an des Jeux olympiques de Tokyo 2020

Rattrapage du mercredi 29 juillet 2020
Le site devant le Stade national de Tokyo est désert.

Les anneaux olympiques sont déployés devant le Stade national de Tokyo, le 20 avril 2020.

Photo : AFP / PHILIP FONG

Malgré le report d'un an des Jeux olympiques de Tokyo à l'été 2021, le doute plane toujours sur leur tenue. Le milieu sportif espère qu'ils auront bien lieu, mais les Japonais ont exprimé dans deux récents sondages leur souhait de les voir reportés de nouveau ou carrément annulés.

La population japonaise est connue pour être une des nations les plus accueillantes d’événements sportifs d’envergure mondiale, mais il y a quelques semaines à l'issue d'un sondage, les Japonais se disaient en général peu favorables à la tenue des Jeux l'an prochain par crainte de la COVID-19.

Les athlètes aussi surveillent du coin de l'oeil ce qui s'y passe. Les comités partout au monde travaillent en ce moment à s'ajuster. C'est le cas du Comité olympique canadien (COC) qui essaie de voir clair à travers tout ce casse-tête et tente de tout réorganiser.

Selon Dominik Gauthier, ancien athlète olympique et ancien entraîneur qui a également travaillé au Japon, le résultat des sondages auprès de la population japonaise influencera vraiment la tenue ou non des Jeux à Tokyo.

« Il y a tellement d’argent en jeu et investissements dans la tenue des Jeux », souligne Dominik Gauthier, dirigeant de b2dix qui soutient les athlètes canadiens.

Il ajoute que les Japonais sont un peuple très accueillant.

J’ai du mal qu’on ne soit pas là parce que je sais que c’est les Jeux olympiques dont on a besoin. Là, on aurait vécu un bon moment.

« Si ça a lieu, les Japonais seront là pour nous accueillir les bras ouverts, ajoute Dominik Gauthier qui explique que tout était prêt sur place et que l’organisation n’avait aucun retard ou d’inquiétude sur la construction des installations olympiques.

Il rappelle que les athlètes de leur côté doivent continuer à s’entraîner sans penser à une annulation possible et se tenir prêts à y participer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi