•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h

Manger 100% local, est-ce possible ?

Rattrapage du lundi 20 juillet 2020
Une femme donne de la monnaie à un commerçant pour acheter des légumes.

Faire ses courses dans un marché public

Photo : iStock

Pour être totalement locavore, il faudrait se passer d'aliments qu'on ne produit pas au Canada tels que le café et le chocolat, explique Malek Batal, professeur de nutrition publique au département de nutrition de l'Université de Montréal. Il croit par contre qu'il est toujours possible d'augmenter la production locale.

L'achat local, notamment en alimentation, est encouragé comme jamais en ce moment de crise. On consomme 50% d’aliments locaux dans notre panier, selon l’expert en nutrition publique, mais ce que nous importons le plus, ce sont les fruits et les légumes.

Le professeur de nutrition publique au département de nutrition de l’Université de Montréal souligne que beaucoup d’importation de fruits proviennent des États-Unis, alors que nous avons la possibilité, surtout dans l’Ouest et en Colombie-Britannique, de produire des fruits.

Selon lui, il est possible de réapprendre à consommer les aliments qui ont été à la base de l’alimentation au pays : les légumes racines qu’on peut continuer à conserver l’hiver et continuer de consommer.

Il précise que ce n’est pas seulement le consommateur qui peut faire ces changements.

Il faudrait aussi que le système alimentaire suive et pour qu’il puisse le faire, il faut qu’il y ait des changements au niveau politique pour encourager la production locale de manière à ce qu'elle soit dirigée davantage vers le maraîcher, par exemple, et pour qu’on puisse produire plus de ces aliments qui sont nécessaires pour alimenter la population

Malek Batal, professeur de nutrition publique au département de nutrition de l'Université de Montréal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi