•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des camps pour accueillir les cueilleurs de fruits dans l'Okanagan

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h

Des camps pour accueillir les cueilleurs de fruits dans l'Okanagan

Rattrapage du lundi 29 juin 2020
Des cerises sur des branches de cerisiers

Les cerises sont les derniers fruits à être encore cueillis dans la vallée de l'Okanagan au mois d'août.

Photo : Andrea Bixby-Brosi

L'aide du gouvernement provinciale est très importante pour faire face au manque de logements et ainsi s'adapter à la pandémie actuelle, selon Ronald Forrest, facilitateur pour l'Association des producteurs de fruits de la Colombie-Britannique

La province a annoncé la semaine dernière qu'elle allait aider les communautés de l'Okanagan à mieux préparer l'arrivée des cueilleurs de fruits saisonniers.

Les municipalités de la région vont notamment recevoir des fonds pour la création de campements qui répondent aux normes de santé et de sécurité en vigueur en ce moment.

Il y a des agents du gouvernement qui passent voir chaque ferme pour vérifier les mesures sanitaires en place, précise Ronald Forrest, facilitateur avec l'Association des producteurs de fruits de la Colombie-Britannique. Celui qui s’occupe aussi du recrutement des travailleurs, explique que dans les campements, les employés saisonniers sont en groupe de six : ils doivent manger ensemble et travailler ensemble, on crée des bulles .

Ronald Forrest souligne qu’il y a une majorité de Québécois parmi les cueilleurs cette année puisque la situation est plus complexe pour les travailleurs étrangers qui n’étaient pas déjà présents au Canada avant la COVID-19 avec un permis temporaire.

L’aide provinciale a rendu possible l’ouverture du camp de travailleurs saisonniers à Oliver souligne Ronald Forrest en indiquant qu’il va y en avoir un autre à Creston où 66 fermiers se sont regroupés et fort probablement qu’il y en aura éventuellement un autre à Summerland.

Toutefois le facilitateur rappelle que certaines municipalités ne sont pas intéressées à accueillir un campement sur leur territoire car elles craignent les rassemblements trop importants.

Ronald Forrest espère cependant que ce modèle sera repris l’année prochaine, car il y voit une solution efficace pour remédier au manque de logements pour héberger les cueilleurs dans la vallée de l’Okanagan en saison estivale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi