•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h

 Racisme envers les Autochtones : un mal connu, difficile à soigner

Rattrapage du vendredi 19 juin 2020
Une femme est  photographiée avec des oeuvres autochtones en arrière-plan.

Racelle Kooy

Photo : Radio-Canada / Jacques Dufresne

« On sait que ça existe chez nous, c'est quelque chose qu'on gère tous les jours d'une façon ou d'une autre, mais quand on voit ces pertes de vie aux mains de la police, c'est vraiment quelque chose qui est choquant, qui reste lourd [à vivre] pour moi », déclare Racelle Kooy, membre de la Première Nation Samahquam, à propos du racisme ambiant envers les Autochtones qu'elle et ses ancêtres ont toujours connu.

Toutefois pour la militante autochtone, la solution pour changer les choses ne passe pas forcément par la création d’une nouvelle commission d’enquête.

« Pour ça, je suis un peu pessimiste. Je sais que c’est avec les chiffres, les données, qu’il y a des changements et qu’on montre que ça existe, que ce ne sont plus des anecdotes, mais la réalité. Il y a un racisme qui existe, oui c'est important de le montrer, mais est-ce que ça va apporter des changements? », questionne Racelle Kooy à propos de la pertinence d’une énième enquête.

« Il y a quand même du travail à faire pour qu’on mette en lumière la réalité de ce que les gens nous racontent, pour qu’on ne dise plus que ce n'est pas vraiment comme cela que ça [se passe]. On sait que c’est comme ça, on fait de notre mieux pour élever notre voix, et à date, il y a très peu de personnes qui nous écoutent », déplore la militante qui avoue ses doutes quant à la volonté de changer le regard porté aux Autochtones en général.

Le 21 juin marque depuis 1996 la Journée nationale des Peuples autochtones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi