•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une coopérative d’héroïne « propre » pour aider les toxicomanes

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h

Une coopérative d’héroïne « propre » pour aider les toxicomanes

Audio fil du vendredi 22 février 2019
Un toxicomane se prépare à s'injecter de l'héroïne avec une seringue.

Un toxicomane dans un centre d'injection supervisée.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

La proposition de créer une coopérative d'achat d'héroïne « propre » en Colombie-Britannique suscite de vives réactions. La médecin et fondatrice de la clinique Caméléon de Montréal, la Dre Marie-Ève Morin, croit que l'idée pourrait aider les toxicomanes.

« Personne ne souhaite être dépendant aux opioïdes », s’exclame-t-elle, rappelant que la consommation d’héroïne contaminée au fentanyl peut avoir de graves conséquences.

Répondant aux détracteurs de l’idée, selon qui une telle initiative pourrait encourager la consommation, la médecin souligne que ce n’est pas « parce qu’il y a un centre comme ça que quelqu’un va décider d’y aller juste pour essayer l’héroïne ».

L’initiative pourrait même avoir l’effet inverse et conduire à l’abandon de la dépendance, selon elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi