•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment se disent les mots qu'on aime dans les langues autochtones?

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h,
de 7 h à 10 h au Yukon

Comment se disent les mots qu'on aime dans les langues autochtones?

Rattrapage du jeudi 29 octobre 2020
Joannie Gill à côté d'une fresque autochtone peinte sur un mur de la ville.

Joannie Gill, consultante culturelle pour UTAPI Consultants

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Pour ce premier rendez-vous de notre nouvelle série radiophonique De Nation à Nation, Joannie Gill nous introduit à la langue innue, le nehlueun, qui signifie « notre langue ». Cette langue autochtone traditionnelle fait partie des 70 encore parlées au Canada, dont la plupart sont « des langues très imagées qui nous ramènent au territoire. Quand on parle une langue autochtone, on change complètement notre façon de voir la vie et notre relation avec le vivant. »

Ce lien au territoire et au monde naturel se manifeste souvent dans des choses très simples, comme croiser un uapush, le matin, sur la route de l'école.

J'ai mon petit lapin le matin pour me rappeler d'utiliser ma langue le plus souvent possible avec mes filles pour pouvoir continuer de la faire vivre au quotidien.

Joannie Gill

Originaire de Mashteuiatsh, au Québec, Joannie Gill a appris le nehlueun dès l'école primaire. On apprend cette langue comme une seconde langue. C'est rare maintenant que les gens la parlent à la maison, avec l'assimilation. On est en train de faire des efforts pour se réapproprier nos langues traditionnelles.

Elle admet être encore en apprentissage, mais connait assez de vocabulaire pour comprendre certaines personnes quand elles le parlent. Depuis que j'ai des enfants, l'appel de ma culture et de mon identité est encore plus forte, pour la transmettre. De plus, c'est une langue qui se développe aussi, avec l'ajout de mots à la mesure des nouvelles réalités.

École, dans le temps, on n'avait pas ce mot-là. Quand on a voulu le traduire en nehlueun, c'est (devenu) katshishkutamatsheutshuap. Le nom est très long, on peut comprendre que ce n'est pas un nom unique, ça veut dire la maison où on apprend. Quand ça finit par tschuap, c'est un établissement, un endroit où il y a un toit. Comme mitschuap, c'est une maison.

Ça peut vous donner une idée comment les mots sont construits. Il y a beaucoup de nouveaux mots modernes qui sont construits comme cela, comme des phrases qui font un mot.

Joannie Gill

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi