•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

#NéoFrancoCB : Hélène Castonguay fait rimer Whistler avec bonheur

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h,
de 7 h à 10 h au Yukon

#NéoFrancoCB : Hélène Castonguay fait rimer Whistler avec bonheur

Rattrapage du lundi 30 novembre 2020
Hélène Castonguay en haut des pentes.

La passion du ski a convaincu Hélène Castonguay de s'installer à Whislter il y a deux ans.

Photo : Fournie par Hélène Castonguay

« Je suis une skieuse depuis toujours », affirme d'entrée de jeu Hélène Castonguay, originaire de Québec. Après des séjours de quelques semaines à Whistler, puis quelques hivers complets passés dans ce petit joyau des activités récréatives, une résolution murit en elle : « BC is calling me! Un jour je vais déménager ici », s'est-elle promis.

C'est ce qu'elle a fait il y a deux ans. Depuis, elle se sent véritablement Britanno-Colombienne, constatant la facilité avec laquelle s'est adaptée à ce genre de vie. La nature est accessible partout, je suis bien avec les gens, ils sont sympathiques. Je me sens bien ici!

Je profite du soleil, de la beauté de la nature puis je joue dehors. Je joue tout le temps dehors, en fait!

Hélène Castonguay
Montage de photos d'Hélène Castonguay, en ski et sur le bord de l'eau.

Hélène Castonguay : « Je suis déménagée à Whistler parce que le ski est ma première passion. Whistler, c'est un super grand parc d'amusement. Tous les jours, je prends une marche ou je vais faire du vélo. »

Photo : Fournies par Hélène Castonguay

Mais il n'y a pas que le ski qui l'a incitée à choisir la Colombie-Britannique, puisque son fils vit à Port Moody depuis 2009. Sa fille et ses deux petits-fils demeurent toutefois à Québec. C'est mon plus gros morceau que j'ai sacrifié. Mais elle m'a laissé partir, elle m'a dit : “Maman, la vie est courte, si j'étais à ta place, j'aimerais que tu me laisses partir.”

La culture québécoise lui manque aussi. Les bons fromages, les bonnes charcuteries. Puis la vie de quartier aussi. Par contre, ici, je connais plein de monde, je me promène partout et tous les jours je rencontre du monde que je connais. La vie est belle!

Son travail comme hôtesse de montagne (mountain host) lui fournit des occasions de partager avec les visiteurs son amour pour les montagnes, les beaux paysages, les lacs puis le Black Tusk, qui est un peu l'icône de la montagne de Whistler.

Mon rêve, c'est de continuer à m'amuser comme je le fais. Je me sens tellement privilégiée, tellement reconnaissante d'être rendue ici maintenant. Mon rêve, c'est de profiter de la vie.

Hélène Castonguay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi