•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phare Ouest

Avec Marie Villeneuve

En semaine de 6 h à 9 h

#NéoFrancoCB : Robert Fillion, un citoyen du monde à Kamloops

Rattrapage du mercredi 16 septembre 2020
Robert Fillion dans un cour avec des gants de jardinage.

Robert Fillion, à Kamloops : « J'ai découvert Kamloops par mon fils et j'apprécie cet environnement naturel que je ne connaissais pas dans les grandes villes. »

Photo : Fournie par Robert Fillion

Le Québécois Robert Fillion a beaucoup voyagé avant de découvrir la Colombie-Britannique, où il vit depuis maintenant quatre ans. « Je conserve des racines francophones, du Québec et d'ailleurs. Je suis quelqu'un du monde, je suis bien partout. J'ai découvert Kamloops par mon fils et j'apprécie cet environnement naturel que je ne connaissais pas dans les grandes villes. »

Son fils a déménagé à Kamloops quelque temps avant lui pour le travail, coïncidant avec sa retraite, et lui a offert de venir vivre avec lui pour lui permettre de visiter la région et de découvrir la Colombie-Britannique.

Je ne crois pas avoir sacrifié quoi que ce soit. J'ai découvert surtout un coin de nature, ici à Kamloops, entouré des montagnes et des rivières, ça m'a plu très rapidement!

Robert Fillion

Quand j'arrive dans un nouvel endroit, que ce soit au Canada ou ailleurs dans le monde, j'aime bien établir rapidement des contacts avec des gens avec qui j'ai des affinités, qui sont de la place et me ferons connaître plus rapidement les particularités de l'endroit. Partout où je vais, j'aime m'impliquer.

Homme engagé, l'éducation et les enjeux francophones lui tiennent à coeur. Rapidement, il s'est impliqué comme conseiller au Conseil scolaire francophone (CSF) et est aussi devenu membre du conseil d'administration de l'Association des francophones de Kamloops.

L'éducation a toujours été pour moi quelque chose d'important. Quand j'ai vu dans quelles conditions mes petits-enfants fréquentaient l'école francophone ici - et je ne fais aucun reproche à qui que ce soit, les gens étaient très dévoués - mais je remarquais que ce n'était pas des conditions vraiment équitables ou égales à ce que les anglophones vivaient au Québec.

Montage photo de Robert Fillion : avec son petit-fils, près d'une cascade et en haut d'une montagne.

Robert Fillion, à Kamloops : « J'ai voyagé beaucoup pour mon travail mais je ne connaissais pas l'Ouest canadien. Aimant découvrir, vivre de nouvelles expériences, je me suis dit : "pourquoi pas", j'en ai profité et je continue à en profiter. »

Photo : Fournise par Robert Fillion

J'aime bien manger et ce qui me manque le plus, c'est un bon sandwich de viande fumée médium tranchée mince que je retrouve au Québec. Malgré ce qu'on dit ici, "Montreal style smokemeat", ce n'est pas du tout la même chose!

Robert Fillion

Dans le même élan, il nous confie adorer les langues de veau ou de porc marinées... mais n'en a trouvé nulle part en Colombie-Britannique. Et ce n'est pas à défaut d'avoir cherché, précise-t-il!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi