•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’espérance (un peu plus) tranquille d’Anthony Kavanagh

Pétillant et corsé

Avec André Robitaille

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

L’espérance (un peu plus) tranquille d’Anthony Kavanagh

L'humoriste, comédien et maintenant musicien, Anthony Kavanagh.

L'humoriste, comédien et maintenant musicien, Anthony Kavanagh.

Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Entre ses deux carrières, celle d'humoriste et la toute récente comme chanteur, Anthony Kavanagh essaie de faire mieux connaître la vie d'Édouard Anglade, celui qui est considéré comme le premier Noir à occuper le poste de policier au Québec.

Anthony Kavanagh voit d’un très bon œil les manifestations actuelles pour le respect des droits et libertés des Noirs en Amérique du Nord.

Il estime qu’au Québec, nous devons encourager une meilleure représentation des minorités dans les médias. Ainsi, nous pourrons étouffer l’ignorance qui suscite la peur, selon lui.

Il se souvient avec amertume de sa jeunesse au Québec.

« Tous les jours, on me laissait entendre : “Tu n’es pas comme nous, tu es différent.” Le premier que j’ai vu qui était comme moi, à la télévision ou ailleurs, c’était George Thurston. »

Un policier pionnier et résilient

Anthony Kavanagh a rencontré le policier Édouard Anglade durant son adolescence.

« Il en a mangé de la m…. en tant que premier policier noir, affirme-t-il. Ses collègues ne voulaient pas patrouiller avec lui, il se faisait insulter constamment. Dans les années 1980, son commandant a tout fait pour qu’il démissionne. Il a fait un burn out à cause de ça. La Ville de Montréal a même refusé de payer son congé. Il a dû poursuivre la Municipalité pour enfin recevoir sa compensation. »

Il souligne que l’éveil des consciences pour tuer le racisme doit passer par l’éducation. Il fait remarquer que les livres d’histoire devraient mieux mettre en contexte les événements marquants de notre civilisation, quitte à minimiser le rôle majeur consenti à certains personnages, dont Christophe Colomb, dans l’histoire du continent nord-américain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi