•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce que c’est de vivre avec la fibromyalgie

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Ce que c’est de vivre avec la fibromyalgie

Portrait.

Guylaine Tanguay

Photo : ATTRACTION IMAGES / KARLJESSY

C'est une maladie chronique, dont on connaît beaucoup de symptômes, sans pour autant être capable de la définir. La chanteuse Guylaine Tanguay, qui a reçu un diagnostic de fibromyalgie il y a cinq ans, et Camille Bouchard, une étudiante de 23 ans qui en souffre, témoignent de la réalité des personnes atteintes de cette maladie douloureuse et mystérieuse dont elles s'accommodent au quotidien.

Pénélope McQuade les reçoit à l’occasion de la Journée mondiale de la fibromyalgie, le 12 mai, en compagnie de la Dre Anne-Marie Pinard, anesthésiologiste en douleur chronique au Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL).

Guylaine Tanguay raconte qu’elle a des douleurs chroniques depuis son adolescence, mais que c’est seulement au début de la quarantaine qu’elle a reçu un diagnostic de fibromyalgie.

C’était très décevant pour moi, parce que je suis une fille très active et là, il y avait quelque chose qui m’arrêtait à tout moment de faire les choses que j'aime dans la vie. Ce sont des petits deuils à faire tous les jours.

Guylaine Tanguay

Camille Bouchard, 23 ans, vit depuis 10 ans avec un diagnostic de fibromyalgie. L’étudiante en neurosciences cognitives raconte à quel point il a été difficile de grandir avec cette maladie. « C’est beaucoup d’adaptation de mon quotidien et de prévision de petites choses. »

La Dre Anne-Marie Pinard souligne que le diagnostic de la fibromyalgie prend souvent du temps à établir et qu’il n’existe pas de traitement curatif. « Il y a rarement une pilule ou une infiltration qui va faire la différence. C’est vraiment une équipe autour d’un patient et un patient qui s'engage. »

J’ai décidé de vivre avec beaucoup de douleur pour garder un moral plus sain. La médication me donnait trop d’effets secondaires.

Guylaine Tanguay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi