•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Droit à la déconnexion professionnelle : comment l'appliquer?

Une image montrant un téléphone intelligent dans lequel se tient un personnage qui s'agrippe à des barreaux de prison.

Être prisonnier de son téléphone

Photo : iStock

Légiférer pour inscrire le droit de ne pas se faire déranger par le travail en dehors de bureau n'est pas la seule solution pour faire respecter le droit à la déconnexion. L'éducation et une direction qui montre l'exemple sont la clé, selon les trois personnes invitées au micro de Pénélope McQuade.

Au micro :

– Me Marianne Plamondon, avocate associée chez Langlois avocats et ex-présidente de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés
– Gopinath Jeyabalaratnam, analyste principal des politiques à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI)
– Maurice Richard, pdg de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour

Depuis 2018, la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour applique le droit à la déconnexion. Maurice Richard, son pdg, explique qu’à partir de 18 h, chaque personne qui envoie ou reçoit un message doit se demander si le texto ou le courriel envoyé ou reçu ne peut pas attendre au lendemain, 8 h.

Changement de culture

Me Marianne Plamondon est d’avis qu’il faut avant tout opérer un changement de culture au sein des entreprises, changement qui doit passer par la direction, qui se doit de montrer la voie. Elle rappelle ce qui est déjà prévu par les normes du travail, comme le droit aux vacances et le droit au refus.

Gopinath Jeyabalaratnam, analyste principal des politiques à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), préfère quant à lui parler de devoir au repos, car il estime que la déconnexion est une responsabilité partagée entre gestionnaires et membres du personnel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi