•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment réussir son divorce

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Comment réussir son divorce

Photo de deux figurines de mariés qui se tournent le dos sur le dessus d'un gâteau de mariage.

Mésentente dans un couple marié

Photo : iStock

« Quelque 95 % des dossiers [de divorce et de séparation] se règlent avant procès », explique le juge en chef de la Cour supérieure du Québec, Jacques R. Fournier. Malgré ce chiffre encourageant, on ne doit pas négliger les efforts mis en œuvre par les couples pour se séparer en harmonie. Une avocate, une médiatrice et une divorcée donnent des conseils pour éviter d'en arriver au procès.

Au micro :

– L’honorable Jacques R. Fournier, juge en chef de la Cour supérieure du Québec
– Me Suzanne Pringle, avocate spécialisée en droit de la famille
– Me Marie-Eve Brown, notaire émérite, conseillère juridique et médiatrice familiale
– Karine Brunet, divorcée

« Le danger, c’est quand les positions sont polarisées, observe Me Suzanne Pringle. Les reproches et les demandes par écrit, avec des allégations, sont le signe que les gens se distancent du bon jugement et veulent se chicaner. »

Karine Brunet, séparée depuis sept ans et divorcée depuis deux ans, raconte que la clé est de prendre son temps, de s’écouter et, surtout, de lâcher prise. Elle recommande de ne pas hésiter à aller consulter si les émotions prennent le dessus.

Quand on a mis beaucoup de temps, d’énergie et d’argent dans un mariage, il faut en mettre aussi dans son divorce.

Karine Brunet, divorcée

Le rôle des avocats

Me Suzanne Pringle remarque que depuis une quinzaine d’années, l’approche de la pratique des avocats et avocates, qui ont un devoir de conseiller et de représenter leur clientèle, a changé et peut mener à des résultats très positifs. « Notre devoir de conseil devient de plus en plus important. »

L'importance de la médiation

Me Marie-Eve Brown souligne pour sa part que la particularité du Québec réside dans la médiation familiale. Celle-ci est même gratuite si le couple qui veut divorcer a des enfants. Une séance d’information est même obligatoire pour les parents qui refuseraient la médiation gratuite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi