•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le théâtre québécois en mode survie

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Le théâtre québécois en mode survie

Un rideau de théâtre rouge, entrouvert montre la salle éclairée et des sièges vides.

Le rideau se lève dans une salle de spectacle.

Photo : getty images/istockphoto / MarioLisovski

Alors que le milieu culturel est durement touché par la pandémie et que les théâtres sont fermés, certaines personnes ont opté pour des captations numériques de leurs pièces, tandis que d'autres préfèrent attendre le retour du public en salle. Pénélope McQuade s'entretient avec les directeurs artistiques du théâtre La Bordée, à Québec, et du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, à Montréal, qui ont chacun fait un choix différent pour continuer à faire vivre leurs institutions.

Michel Nadeau, directeur artistique du théâtre La Bordée, explique pourquoi il a fait le choix de faire une captation numérique de la pièce Le gars de Québec, de Michel Tremblay, qu’il a mise en scène. « C’est une façon pour nous de garder un lien avec nos spectateurs », mentionne-t-il.

Sylvain Bélanger, codirecteur général et directeur artistique du Centre du Théâtre d’Aujourd'hui, raconte pour sa part qu’il a choisi de continuer à travailler sur les spectacles déjà en cours de création, sans savoir quand ils pourront être présentés.

Depuis le reconfinement fin septembre, le milieu a comme frappé une espèce de mur moral, mais voilà, il est résilient, puis il va s’en sortir.

Sylvain Bélanger, du Centre du Théâtre d’Aujourd'hui

La pièce Le gars de Québec (Nouvelle fenêtre) est présentée en ligne sur le site du Théâtre La Bordée, jusqu’au 28 novembre.

Le Centre du Théâtre d’Aujourd'hui a une quinzaine de spectacles en préparation (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi