•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

La vraie nature de la Loi sur les Indiens

Illustration Loi sur les Indiens

L’Acte des sauvages, devenu la Loi sur les Indiens, a été adopté par le gouvernement fédéral en 1876.

Photo : Radio-Canada

Le juriste et ex-député provincial de la circonscription d'Abitibi-Est Alexis Wawanoloath relève le défi d'expliquer la Loi sur les Indiens, dont la modernisation, voire l'abolition, est régulièrement demandée. Il dresse l'historique de cette loi fédérale adoptée en 1876 sous le nom d'Acte des sauvages et qui régit la vie des Autochtones qui décident de rester vivre dans les réserves. Alexis Wawanoloath mentionne les effets que cette loi a eus sur les territoires, la langue, la culture et l'identité des communautés autochtones partout au Canada.

Le tableau mentionné dans la conversation sur les différences entre les membres des Premières Nations vivant dans une réserve et ceux n'y vivant pas, issu de l'ouvrage Mythes et réalités sur les peuples autochtones (Nouvelle fenêtre), de Pierre Lepage, offert gratuitement :

Tableau intitulé "Les membres des Premières Nations vivant dans une réserve ont des droits différents des autres citoyens".Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tableau issu de l'ouvrage "Mythes et réalités sur les peuples autochtones", de Pierre Lepage

Photo : Mythes et réalités sur les peuples autochtones, de Pierre Lepage

Tableau intitulé "Les membres des Premières Nations vivant dans une réserve ont des droits différents des autres citoyens".Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tableau issu de l'ouvrage "Mythes et réalités sur les peuples autochtones", de Pierre Lepage

Photo : Mythes et réalités sur les peuples autochtones, de Pierre Lepage

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi