•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Survivre au confinement… sans manger ni boire ses émotions

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Survivre au confinement… sans manger ni boire ses émotions

Dessin d'une femme qui mange deux beignes qu'elle tient dans ses mains.

Manger ses émotions

Photo : iStock

La psychologue Catherine Sénécal explique qu'avec l'intolérance à l'incertitude que plusieurs vivent dans le contexte du confinement dû à la COVID-19, il est normal de chercher du réconfort dans la nourriture. La nutritionniste Isabelle Huot ajoute que le stress et le fait de ne plus avoir de routine favorisent notre attirance envers des aliments riches en gras et en sucre, très réconfortants et qui nous calment. Les deux expertes donnent des conseils pour contrôler les compulsions alimentaires.

Au micro :

– Dre Catherine Sénécal, neuropsychologue, psychologue et fondatrice de la clinique de psychologie cognitive comportementale Change
– Isabelle Huot, docteure en nutrition

Les conseils d’Isabelle Huot :

– Réinstaurer une routine alimentaire : trois repas et deux collations par jour
– Se sensibiliser à ses signaux de satiété
– Augmenter nos occupations et bouger au moins 30 minutes par jour
– Bien dormir, au moins 6 heures par nuit
– Augmenter la consommation des protéines et des fibres, plutôt que des féculents
– Apprécier chaque bouchée et cuisiner en famille

Isabelle Huot insiste sur le fait qu’il est important de continuer à bien manger pour éviter un affaiblissement du système immunitaire, surtout en cette période.

Ce n’est surtout pas le moment de faire un régime. Il faut s’accorder des plaisirs et cuisiner davantage en famille. On a le temps de déguster un bon repas, même si on est seul.

Isabelle Huot

Attention à la consommation d'alcool

La Dre Catherine Sénécal rappelle que l’alcool est un dépresseur et désinhibe. « En consommer plus ou plus régulièrement, ça peut augmenter les compulsions alimentaires et le niveau d'agressivité physique ou verbale », souligne-t-elle. Isabelle Huot recommande de garder la routine des journées sans alcool qu'on avait adoptée avant le confinement.

Ressources :

Cessez de manger vos émotions : briser le cycle de la compulsion alimentaire (Nouvelle fenêtre), d'Isabelle Huot et Catherine Senécal, Éditions de l’Homme, 2017
– Deux sites web pour apprendre à reconnaître ses signaux de faim réelle et physiologique : jecoutemafaim.com (Nouvelle fenêtre) et monequilibre.ca (Nouvelle fenêtre)
– Si vous avez besoin d’aide, la ligne d’écoute de l’ANEB (Anorexie et boulimie Québec) (Nouvelle fenêtre) est joignable au 1 800 630-0907.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi