•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment l’art a aidé ce père médecin après la mort par surdose de son fils

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Comment l’art a aidé ce père médecin après la mort par surdose de son fils

Francis Pelletier devant un micro de radio.

Francis Pelletier

Photo : Radio-Canada / Coralie Mensa

En 2018, Francis Pelletier, médecin et artiste, perdait son fils Alexandre, 27 ans, mort des suites d'une surdose de fentanyl. Depuis ce drame, il est devenu convaincu que l'artiste en lui était plus utile pour soigner que des pilules.

Alexandre me ressemblait beaucoup, il était très introverti. Moi, c’est la photographie et l’écriture qui m’ont sauvé, mais lui n’a pas eu cette chance-là.

Francis Pelletier

Francis Pelletier raconte comment son fils en est venu à consommer de la drogue dans son adolescence et à devenir dépendant sans que sa famille puisse rien y faire. « On est passés par six cures de désintoxication, c’était difficile. »

Être utile aux autres

Il souligne qu'en tant que médecin il a participé à sauver des centaines de personnes au cours de sa carrière. « Mais je n'ai pas été capable de sauver mon propre fils. On n'est souvent pas les bonnes personnes pour sauver nos proches. »

Après la mort d'Alexandre, Francis Pelletier et sa conjointe ont reçu des dizaines de témoignages, qui démontrent l'ampleur de la détresse et de l'isolement des proches de victimes des opioïdes. Il explique que c'est à ce moment qu'il a pris conscience qu'il avait beaucoup plus à apporter aux autres en tant qu'artiste, et a décidé de prendre sa retraite de la médecine.

Référence :

Le livre Je te souhaite… (Nouvelle fenêtre), de Francis Pelletier, dédié à son fils Alexandre, est paru en 2018 aux Éditions Les pelleteurs de nuages.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi