•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'importance de savoir aussi être malheureux

Pénélope

Avec Isabelle Craig

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

L'importance de savoir aussi être malheureux

Illustration d'une jeune femme qui se promène sous un nuage de pluie.

Une personne triste

Photo : iStock

Et si la clé du bonheur n'était pas d'être plus heureux, mais de se donner aussi le droit d'être malheureux. C'est ce qu'avance le psychologue Marc-André Dufour dans son premier livre, Se donner le droit d'être malheureux. Il explique qu'en portant un masque et en faisant semblant que tout va bien, on se prive de l'empathie des autres.

« La tristesse est souvent associée à la faiblesse et à la vulnérabilité, et cela se traduit souvent par de l'irritabilité, donc les gens nous évitent, alors que c’est tout le contraire dont on a besoin dans cette situation », souligne Marc-André Dufour.

La tristesse peut être d’autant plus triste si on ne se donne pas le droit de l’être.

Marc-André Dufour, psychologue clinicien

Référence :

Se donner le droit d’être malheureux (Nouvelle fenêtre), de Marc-André Dufour, Éditions du Trécarré, publié le 22 janvier

Besoin d'aide pour vous ou un proche?

Contactez la ligne québécoise de prévention du suicide au 1 866 APPELLE (277-3553). Ce service est offert partout au Québec, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi