•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment devrait-on parler de religion dans les écoles?

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Comment devrait-on parler de religion dans les écoles?

Une salle de classe vide.

Le gouvernement Legault s’était engagé ce printemps à réformer le programme d’éthique et culture religieuse d’ici la fin de son mandat.

Photo : Getty Images / Martine Doucet

Le débat s'est enflammé à la suite de l'annonce d'une révision en profondeur du cours d'éthique et culture religieuse (ECR) par le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, vendredi dernier. L'enseignement de la religion a-t-il encore sa place dans les écoles? Discussion.

Au micro :

  • Françoise David, ex-présidente de la Fédération des femmes du Québec et ex-porte-parole de Québec solidaire
  • Jean-Pierre Proulx, journaliste, professeur retraité qui a présidé le Groupe de travail ministériel sur la place de la religion à l’école
  • Éric Bédard, historien

Selon Jean-François Roberge, le cours d’ECR donne une « trop grande place à la religion ». Le ministre suggère qu’il soit relégué sous le thème « Culture des sociétés », aux côtés de la participation citoyenne, de l’éducation juridique, de l’écocitoyenneté et de l’éducation à la sexualité.

« Ce cours ne vise pas à faire de petits bouddhistes, de petits catholiques, de petits chrétiens ou de petits juifs. Il vise à mettre ensemble les tenants de ces confessions et à leur apprendre le vivre-ensemble en pratiquant un dialogue constructif à l’intérieur de la société », rappelle Jean-Pierre Proulx.

« Il ne faudrait pas croire que le cours d’ECR n’est qu’un cours de cultures religieuses. Il y a au moins 50 % qui est un cours d’éthique qui me fait penser à l’ancien cours Formation personnelle et sociale ou le cours de morale », ajoute Françoise David.

Cette dernière a questionné ses petits-enfants sur leur appréciation du cours. Leurs réponses étaient semblables : ce qu’ils aiment, c’est la partie débat.

Bien qu’Éric Bédard soit d’accord avec ce que les autres invités avancent, il demeure plus critique à l’endroit de ce cours : « J’en ai un peu contre la récupération de l’enseignement des religions à des fins idéologiques. »

« Lorsque j’ai visité une fois une classe d’ECR, [...] toutes les religions étaient absolument sur le même pied. [...] Mais le Québec a été marqué par une tradition catholique et chrétienne, et je souhaiterais que nos enfants soient exposés davantage à cette tradition », mentionne-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi