•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>La grosse laide&nbsp;</em>: quand écrire ses mémoires sert de&nbsp;thérapie

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

La grosse laide : quand écrire ses mémoires sert de thérapie

Audio fil du mercredi 23 octobre 2019
Montage d'une photo de Marie-Noëlle Hébert devant un micro de radio et la couverture de son livre avec un dessin d'elle qui tient un chat dans ses bras.

Marie-Noëlle Hébert, auteure et illustratrice, a écrit ses mémoires sous forme de bande dessinée.

Photo : Radio-Canada / Coralie Mensa

À 8 ans, Marie-Noëlle Hébert commence à se trouver grosse. En sixième année, elle se trouve laide. À la maison, son père la traite de « grosse truie ». Dix-huit ans plus tard, elle se débarrasse de ce poids sur ses épaules en le couchant sur papier dans sa première bande dessinée, La grosse laide.

Marie-Noëlle Hébert raconte comment écrire et dessiner ses mémoires lui ont permis de se réconcilier avec ses parents.

La grosse laide (Nouvelle fenêtre), de Marie-Noëlle Hébert, Éditions XYZ, collection Quai no 5, publié le 16 octobre, 104 pages

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi