Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animatrice d'ICI Première Pénélope McQuade, souriante.
Audio fil du mercredi 9 octobre 2019

Ce qu’un prix Nobel change dans une vie : l’expérience de René Laprise

Publié le

Photo de René Laprise devant un micro de radio.
René Laprise   Photo : Radio-Canada / Coralie Mensa

« J'ai aimé l'impact que [le Nobel] a eu sur mon équipe de recherche, ceux qui travaillent encore plus dans l'ombre que moi », raconte René Laprise. En 2007, il faisait partie de l'équipe de rédaction du rapport du GIEC qui a remporté le prix Nobel de la paix.

En 2007, le prix Nobel de la paix avait été remis à l'ancien vice-président américain Al Gore et au quatrième rapport d’évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), ex aequo. René Laprise, professeur titulaire au Département des sciences de la Terre et de l’atmosphère à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), était l’un des principaux auteurs de ce rapport.

On ne travaille pas pour les honneurs, mais j’étais ravi.

René Laprise

René Laprise explique qu’un prix Nobel récompense les répercussions d’un travail. Si lui-même était ravi de recevoir cet honneur, il raconte qu'il a aussi apprécié l'effet bénéfique que cette récompense avait eu sur son équipe de recherche, les collègues de son département et l'administration de l'université. Il souligne que le Nobel n'a cependant eu aucune incidence sur le financement de ses recherches.

Chargement en cours