•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces auteurs et autrices jeunesse qui n’ont pas peur de parler des sujets délicats

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Ces auteurs et autrices jeunesse qui n’ont pas peur de parler des sujets délicats

Audio fil du lundi 23 septembre 2019
Montage de deux photos d'Élise Gravel et de Jacques Goldstyn devant un micro de radio.

Élise Gravel et Jacques Goldstyn

Photo : Radio-Canada / Coralie Mensa

Les réfugiés pour Élise Gravel, et l'amitié interreligieuse pour Jacques Goldstyn : dans leur dernier album jeunesse, les deux artistes n'hésitent pas à aborder des thèmes délicats. Au micro de Pénélope McQuade, chacun parle des barrières à leur travail pour les enfants.

Si Élise Gravel reconnaît qu’elle était réticente à l’idée de traiter du sujet des réfugiés pour ses jeunes lecteurs, Jacques Goldstyn est pour sa part plus familier avec les thèmes délicats qu'il explique aux enfants.

Tous deux parlent de la critique dont ils font l’objet, même quand ils abordent les sujets les plus consensuels en apparence, comme l’empathie.

Il et elle abordent également la censure qui les touche parfois de la part des éditeurs, surtout aux États-Unis.

Je suis assez familière avec la critique, celle des adultes essentiellement. Soit c’est pour s’attaquer à la teneur de mon message, soit pour me dire que j’ai mal expliqué.

Élise Gravel

Les étoiles (Nouvelle fenêtre), de Jacques Goldstyn, est paru en août aux Éditions de la Pastèque (pour les jeunes de 9 ans et plus). C’est quoi un réfugié? (Nouvelle fenêtre), d’Élise Gravel, paraîtra en novembre en français aux Éditions La courte échelle et le 24 septembre en anglais aux éditions Random House (Nouvelle fenêtre) (pour les enfants de 3 à 7 ans).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi