Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animatrice d'ICI Première Pénélope McQuade, souriante.
Audio fil du mercredi 11 septembre 2019

Ces entreprises qui n’ont pas peur d’employer des personnes autistes

Publié le

Photo d'un grand tableau posé sur des étagères sur lequel il est inscrit : « Bienvenue Chez Cheval. Chez Cheval est un café distinct qui permet à des êtres éblouissants (avec un trouble du spectre de l'autisme) de mettre en lumière la nécessité de leur intégration sociale. »
Le café Chez Cheval, à Mont-Saint-Hilaire, emploie des personnes autistes.   Photo : Facebook Chez Cheval

Seulement de 10 % à 15 % des adultes ayant un trouble du spectre de l'autisme (TSA) réussissent à trouver un emploi et à le conserver. Pénélope McQuade reçoit deux entreprises qui travaillent avec des autistes pour voir comment elles réussissent à les intégrer avec succès.

Au micro : 

- Patricia Paquin, animatrice et propriétaire du café Chez Cheval
- Alain Bessette, directeur du développement, Auticonsult Canada
- Vincent, consultant Auticonsult

Patricia Paquin, elle-même mère d'un adolescent autiste, a ouvert avec son conjoint, le chef Louis-François Marcotte, le café Chez Cheval, à Mont-Saint-Hilaire. Il s'agit d'une façon pour le couple de créer des occasions d’emploi pour des autistes.

Peut-être que c’est un peu plus long qu’ailleurs pour avoir son café, mais tout le monde repart avec un sourire.

Patricia Paquin

Dans les derniers mois, l’entreprise internationale Auticonsult s’est implantée au Québec. Alain Bessette, son directeur du développement, explique que la firme de service-conseil place des autistes dans des entreprises comme consultants en informatique.

Il y a une grande ouverture de la part des entreprises à employer des gens qui sont autistes. Vendre leurs compétences et leurs qualités est facile.

Alain Bessette

Vincent, qui a découvert qu’il avait un trouble du spectre de l’autisme il y a deux ans, travaille comme consultant Auticonsult dans une entreprise.

Ma méthode, c’est de travailler plus fort pour que le monde oublie que je suis étrange, pour que l’employeur se dise : "Peut-être qu’il a de la misère à communiquer, mais il est tellement bon qu’on ne peut pas s’en passer."

Vincent

Alain Bessette nuance toutefois cet enthousiasme : « C’est vrai que les autistes peuvent travailler plus vite que les autres, mais il faut savoir bien les gérer pour ne pas qu’ils tombent dans l'épuisement professionnel, car ils ne savent pas dire non, ils ne connaissent pas leurs propres limites. »

Photo dans le studio de radio d'Alain Bessette, Vincent, Pénélope McQuade et Patricia Paquin.
Alain Bessette, Vincent et Patricia Paquin entourent Pénélope McQuade. Photo : Radio-Canada/Coralie Mensa

Chargement en cours