Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animatrice d'ICI Première Pénélope McQuade, souriante.
Audio fil du lundi 9 septembre 2019

Abeilles et apiculteurs menacés : tour du monde des enjeux apicoles

Publié le

Dans le jardin d'Allen Garr, de nombreuses abeilles travaillent sur ce cadre de corps de ruche
De nombreuses abeilles travaillent sur un cadre de corps de ruche   Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Gilles Ratia, spécialiste en apiculture, s'est rendu dans 134 pays pour étudier la production et la consommation de miel. En compagnie d'Anicet Desrochers, propriétaire de la miellerie Miels d'Anicet, il soulève les enjeux qui menacent les abeilles et les apiculteurs partout dans le monde.

Pénélope McQuade les reçoit à l'occasion de la tenue du congrès international d'apiculture Apimondia, qui se déroule au Palais des congrès de Montréal du 9 au 12 septembre.

Gilles Ratia précise les quatre enjeux majeurs qui touchent aujourd’hui l’apiculture dans le monde. Le premier est la mortalité des abeilles.

Les abeilles sont comme des lanceurs d’alerte. Elles sont en train de nous dire que quelque chose ne va pas dans l'environnement.

Gilles Ratia, consultant international en apiculture et ancien président d’Apimondia

Ensuite, Gilles Ratia explique que des pays comme la Chine ou l’Inde produisent du faux miel à moindre coût, étant donné la baisse de la production de miel et la demande toujours plus grande. Cette concurrence déloyale nuit à l'industrie apicole et menace le métier d’apiculteur.

Troisièmement, Gilles Ratia dénonce les lois de plus en plus strictes et ce qu’il appelle le « terrorisme des laboratoires ». Ces derniers veulent analyser le miel selon un nombre grandissant de critères. Anicet Desrochers ajoute qu’il est en effet de plus en plus compliqué de produire du miel en respectant toujours plus de critères et de contraintes.

Enfin, de moins en moins de jeunes apiculteurs sont intéressés par le métier. Gilles Ratia n’envisage pas un avenir heureux pour la profession. Il regrette que la nouvelle génération soit surtout composée d'apiculteurs urbains.

Chargement en cours