Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animatrice d'ICI Première Pénélope McQuade, souriante.
Audio fil du vendredi 30 août 2019

Déjeuner en famille avec Ariane Moffatt et Florence Marcil-Denault

Publié le

Photos d'Ariane Moffatt et Florence Marcil-Denault devant un micro de radio.
Ariane Moffatt et sa conjointe Florence Marcil-Denault   Photo : Radio-Canada / Coralie Mensa

Ariane Moffatt et sa conjointe, Florence Marcil-Denault, inaugurent notre nouveau segment « Déjeuner en famille ». En couple depuis 13 ans, c'est la première fois qu'elles sont réunies autour d'un micro. Au menu des discussions : l'école québécoise qui continue de faire de l'hétérosexualité la norme, les différences qu'il y a entre vieillir en tant qu'artiste et vieillir en tant que psy, et un débat qui les divise : pour ou contre les réseaux sociaux?

La discussion s'engage autour du livre à paraître Hétéro, l'école?, de Gabrielle Richard, avec qui Florence a fait une thèse sur l'homophobie. Ariane et Florence regrettent d'une même voix que le monde de l'éducation soit en retard sur l'évolution de la société.

Le deuxième sujet abordé est celui du vieillissement. Elles expliquent qu'elles ne vivent pas le fait de vieillir de la même manière en raison de leurs métiers différents. Ariane souligne que, dans l'industrie musicale, la jeunesse est associée à la fraîcheur et à la nouveauté. Elle affirme avoir l'impression que sa marge d'erreur diminue avec les années; tandis que, dans son métier de psychologue, Florence estime gagner de la crédibilité en vieillissant.

Enfin, Ariane et Florence ouvrent le débat des réseaux sociaux, qui est leur plus grande source de tension. Si Florence avoue n'avoir aucun intérêt pour les réseaux sociaux, Ariane reconnaît en être dépendante. Elle explique que sa carrière publique rend nécessaire sa présence sur les réseaux sociaux.

Chargement en cours