•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amazon et le phénomène des pseudomarques

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Amazon et le phénomène des pseudomarques

Le logo d’Amazon sur un téléphone.

La plateforme Amazon permet de faire des achats en ligne.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Connaissez-vous la marque de commerce Bigsunny, qui se spécialise en couteaux de cuisine? Ou encore celle des vêtements pour hommes et femmes Jhsnjnr? « Le phénomène des pseudomarques est en croissance », souligne notre collaboratrice Barbara-Judith Caron.

Ces noms, qui semblent parfois être l’œuvre accidentelle d’un chat qui aurait marché sur les touches du clavier de l’ordinateur, pullulent sur Amazon. Pourtant, ils ont leur raison d’être, selon une enquête menée récemment par le New York Times. (Nouvelle fenêtre)

Cette approche permet premièrement aux entreprises de gagner du temps, puisque Amazon exige que les produits en vente sur son site transactionnel soient des marques déposées. L’usage d’un nom qui sort de l’ordinaire faciliterait donc le processus d’enregistrement.

On est certain que personne d’autre n’a ce nom!

Barbara-Judith Caron, directrice du contenu numérique à Urbania

Parmi les autres avantages de cette pratique se trouve un peu... de paresse. Les consommateurs sur la plateforme de Jeff Bezos recherchent avant tout un produit. Les entreprises sont au fait que ça ne vaut pas la peine d’investir dans le nom d’une marque, mentionne Barbara-Judith Caron.

Également, à la revue de l’étonnant cette semaine :

  • Une branche de l’expertise médicolégale consacrée à la botanique
  • S’identifier en un claquement de doigts
  • Les eSports de l’âge d’or

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi