•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Quand la parole nuit à l’avancement social

Illustration d'une femme et d'un homme avec des bulles de parole au-dessus de leur tête.

Deux personnes parlent.

Photo : iStock

Notre collaboratrice Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, fait état d'une récente recherche qui suggère que la manière dont on parle fait partie des indices invisibles sur lesquels se basent les recruteurs pour estimer la qualité de futurs employés à embaucher. Ainsi, le préjugé selon lequel la manière de parler d'un candidat ou d'une candidate trahirait son statut social, ce qui pourrait lui fermer des portes, a été confirmé par une équipe de recherche américaine. Cet effet langagier aiderait à expliquer l'absence de mobilité économique de certaines classes sociales. Sonia Lupien conclut qu'il serait moins discriminatoire de faire passer des entretiens écrits.

Sonia Lupien mentionne que les résultats de cette recherche intitulée « Evidence for the reproduction of social class in brief speech » ont été publiés en 2019 par une équipe américaine dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Elle décrit la série d’expériences qu’a menée l’équipe de recherche pour arriver à la conclusion que la manière dont on parle peut informer les gens sur notre statut social et nous nuire lors d'une recherche d'emploi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi