•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Pourquoi on ne trouve plus ses mots en vieillissant

Illustration de deux personnes aînées qui discutent assises côte-à-côte.

Une conversation entre deux personnes.

Photo : iStock / Tetiana Garkusha

Quand on vieillit, il n'est pas rare de chercher ses mots et de faire des lapsus. C'est ce qu'on appelle le manque du mot. Notre collaboratrice Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, explique que c'est une manifestation du processus normal du vieillissement du cerveau, qui ne témoigne pas nécessairement d'un début d'alzheimer.

Si le manque du mot est parfois un signe de début d'alzheimer, Sonia Lupien insiste pour dire qu’il y a une très grande différence entre ce phénomène et le manque du mot lié au processus normal de vieillissement du cerveau.

Ainsi, elle souligne qu'en vieillissant, il est normal et courant d’avoir de la difficulté à trouver ses mots. Tout comme les enfants, les personnes vieillissantes commencent alors à faire des erreurs de langage en tentant de résoudre le manque du mot.

C’est ce qu’on appelle des stratégies de résolution. Sonia Lupien en distingue deux :

  • La stratégie de résolution sémantique : on remplace le mot que l’on cherche par un mot qui a le même sens. Par exemple, on dit « lumière » au lieu de « lampe ».
  • La stratégie de résolution phonologique : on remplace le mot que l’on cherche par un mot au son semblable. Par exemple, on dit « rampe » au lieu de « lampe ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi