•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’utilité insoupçonnée du contact humain, ou les formes multiples de l’amour

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

L’utilité insoupçonnée du contact humain, ou les formes multiples de l’amour

Six amis marchent ensemble, collés les uns sur les autres, dans un décor urbain.

Le contact humain dans toute sa splendeur : les acteurs de la série Friends

Photo : Getty Images

Ce sentiment nostalgique qui vous accable ces jours-ci au cœur de votre confinement est un signe de manque d'amour, selon Sonia Lupien. Cet amour, on le ressent lors de chaque contact positif avec autrui – tout au plus prend-il une autre forme : joie, sérénité, gratitude, etc. La chercheuse en neurosciences explique à Pénélope McQuade comment cette gamme de sentiments permet aux individus de progresser et à l'espèce humaine de survivre, et ce, au même titre que les émotions négatives.

Sonia Lupien se base sur les travaux de la psychologue sociale Barbara Frederickson, qui a démontré que l’amour et ses dérivés permettent d’élargir notre répertoire de comportements, contribuant ainsi à la survie de l’espèce.

Les émotions positives sont ainsi aussi utiles que les émotions négatives telles que la peur ou la colère, qui sont salutaires puisqu’elles préparent le corps à des actions défensives ou offensives.

Même si une émotion positive est juste passagère, ses conséquences ont beaucoup de ramifications qui ont des effets à long terme. […] Ça nous ouvre l’esprit. On voit un problème dans sa globalité, plutôt que de [mettre l’accent] sur le problème comme une émotion négative va nous amener à faire.

Sonia Lupien

Qui aime mieux pense mieux

Les gens qui ressentent des émotions positives au contact d’autrui montrent également un plus fort potentiel d’innovation.

Les émotions positives contribuent donc à la croissance des individus en favorisant le développement des interactions sociales.

Selon Sonia Lupien, ces faits devraient pousser la société à cesser de considérer le bonheur comme un concept fleur bleue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi