•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment le Nunavik se prépare à l’arrivée de la COVID-19

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Comment le Nunavik se prépare à l’arrivée de la COVID-19

Vue d'un village enneigé, composé de dizaines de maisons colorées.

Le village de Puvirnituq, au Nunavik

Photo : Radio-Canada / Myriam Fimbry

Notre collaboratrice la Dre Danielle Perreault nous parle en direct du Nunavik, où elle est partie travailler un mois dans le village d'Inukjuak, qu'elle visite comme médecin remplaçante depuis une vingtaine d'années. S'il n'y a pas encore de transmission communautaire du coronavirus dans les 14 villages inuit du Nord-du-Québec, « c'est le calme avant la tempête », affirme-t-elle.

La Dre Danielle Perreault explique que le manque de moyens de la population, qui est peu équipée de lignes téléphoniques et dispose d’un Internet lent, rend les téléconsultations difficiles.

Or les mesures de prévention, y compris dans sa clinique, tardent à se mettre en place, encore là pour des questions de moyens. « Donc, nous travaillons en clinique sans distanciation », souligne-t-elle.

Un territoire organisé

Pour venir en aide aux 13 000 personnes de la région, la Dre Danielle Perreault mentionne l’appel aux Rangers, des réservistes de l’armée qui sont des Inuit de la communauté. On a mobilisé ces réservistes au cas où le nombre de personnes infectées augmenterait et que des tentes chauffantes seraient envoyées dans la région.

Pour l’instant, si un cas de COVID-19 devait s’aggraver, l’évacuation médicale par les airs vers l’hôpital local, qui dessert toute la communauté du Nunavik est privilégiée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi