•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oser parler de sexualité aux enfants de 4 à 10 ans

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Oser parler de sexualité aux enfants de 4 à 10 ans

Un homme, un enfant et une femme discutent, assis sur un canapé.

Une famille

Photo : iStock

Nos chroniqueurs sexologues François Renaud et Marion Bertrand-Huot expliquent que les enfants ne sont jamais trop jeunes pour entendre parler de sexualité, y compris de masturbation. Les deux spécialistes insistent sur l'importance d'éduquer les enfants à la sexualité et indiquent comment aborder le sujet de la masturbation.

François Renaud souligne que la masturbation commence à un jeune âge, soit dès 3 ou 4 ans, mais que ce n’est qu’à la puberté que cela devient un acte plus conscient.

Marion Bertrand-Huot ajoute qu’à cet âge-là, l’autostimulation n’est généralement pas provoquée par une pensée ou du désir, mais simplement par la sensation physique agréable que ce geste procure.

Quand et comment en parler

François Renaud conseille d’aborder le sujet de la masturbation tout au long de la petite enfance et par étapes.

Le but est de faire découvrir à l’enfant les différentes notions associées à la masturbation. On peut par exemple nommer les différentes parties des organes génitaux, évoquer la sensation agréable produite par le massage de ses parties génitales, mentionner les endroits où pratiquer la masturbation et dans quel contexte elle est approprié, et expliquer la différence entre nudité sexuelle et asexuée.

Il souligne que les moments les plus appropriés pour en parler sont par exemple dans le bain, pendant l'habillage ou le déshabillage, ou lorsque l'enfant est à la toilette.

Dissiper le malaise

François Renaud recommande aux parents de discuter de sexualité comme ils le feraient avec n’importe quel autre sujet, de parler du pénis ou de la vulve comme n'importe quelle autre partie du corps, de voir le positif dans la sexualité pour dédramatiser le propos et de comparer la masturbation à un automassage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi