•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénélope

Avec Pénélope McQuade

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Rattrapage du 17 sept. 2020 : Véronique Cloutier, Kim O’Bomsawin et Joséphine Bacon

Rattrapage

  • Pourquoi Véronique Cloutier a décidé de prendre la parole contre le racisme

    « J'ai toujours eu un complexe, je n'osais pas m'exprimer. [...] Je n'avais pas peur de choquer quelqu'un; j'avais peur de ne pas dire la bonne affaire. [...] Mais on s'est mis à m'insulter en messages privés en me disant que mon silence faisait de moi une complice, alors que j'étais bouleversée, enragée par ces événements tragiques et révoltants. » En entrevue avec Pénélope McQuade, Véronique Cloutier explique que la mort de George Floyd, au printemps dernier, a « ouvert une porte chez [elle] ». Tout au long de l'été, elle a ainsi choisi de s'exprimer sur les réseaux sociaux pour soutenir le mouvement Black Lives Matter (La vie des Noirs compte), jusqu'à consacrer la couverture du magazine Véro à 11 femmes noires influentes avec pour titre « Non au racisme! ».

  • Polémique sur Les Rose : Denis Trudel répond à Mitch Garber

    « La mort de Pierre Laporte était totalement injustifiée. [...] C'est un meurtre et c'est inacceptable, tout comme était inacceptable la Loi sur les mesures de guerre », affirme Denis Trudel à propos de la mort du vice-premier ministre québécois pendant la crise d'Octobre. Le député du Bloc québécois et comédien répond à l'homme d'affaires Mitch Garber, qui l'accusait à notre micro, lundi, d'avoir peur de dénoncer – dans un débat autour du film Les Rose sur Twitter – l'enlèvement et le meurtre de Pierre Laporte. Denis Trudel regrette néanmoins le refus de débattre de la situation des francophones dans les années 1960 et des origines de la crise d'Octobre.

  • Je m’appelle humain : sur les traces de Joséphine Bacon avec Kim O'Bomsawin

    « Ce film a complètement chamboulé ma vie. Il s'est déposé dans ma vie pour m'aider à passer au travers d'un épisode de ma vie très sombre », raconte la réalisatrice abénakise Kim O'Bomsawin à propos du documentaire Je m'appelle humain. Elle y suit la poétesse innue Joséphine Bacon, qui se bat depuis de nombreuses années pour le rayonnement de sa culture et de sa langue maternelle. Les deux femmes échangent avec Pénélope McQuade sur leur travail sur ce film et ce qu'il représente aujourd'hui pour elle.

Vous aimerez aussi