•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas comme d'habitude

Avec Serge Olivier

Les jours fériés de 15 h 30 à 18 h

Un Torontois au chevet des personnes itinérantes

Rattrapage du lundi 12 octobre 2020
Des denrées non périssables et une affiche avec l'inscription «Food for Now».

Daniel Lauzon parcourt les rues de la Ville Reine et fait don de nourriture aux personnes dans le besoin.

Photo : Avec l'autorisation de Daniel Lauzon

Daniel Lauzon s'est rendu au centre-ville de Toronto au début de la pandémie pour photographier les rues désertes. Il a alors remarqué une vingtaine de personnes itinérantes assises sur les bouches d'aérations du métro, sur la rue Yonge. « Ça m'a ramené directement vingt ans dans le passé », dit-il.

À son arrivée à Toronto au début des années 2000, Daniel Lauzon ne parlait pas anglais et était lui aussi sans domicile fixe. J’avais un balai et j’ai commencé à balayer la rue et rencontrer les gens et leur parler. Pour chaque magasin, je demandais si je pouvais nettoyer leur devanture pour 1 $, se remémore le Québécois d’origine.

Voyant l’impact disproportionné de la pandémie sur les personnes itinérantes, il a décidé de mettre sur pied l’initiative Food for Now. Daniel Lauzon parcourt les rues de la Ville Reine et fait don de nourriture aux personnes dans le besoin. La nourriture permet de connecter avec l’être humain, soutient-il.

Grâce aux dons de la communauté du sud d’Etobicoke, Daniel Lauzon offre des repas chauds, mais aussi des couvertures, des chaussettes et des souliers aux personnes itinérantes.

Selon le fondateur de Food for Now, la relation entre les piétons et les itinérants a changé depuis le mois de mars. Avant la pandémie, les Torontois prenaient le temps de parler aux personnes dans la rue, mais ils craignent maintenant pour leur santé. La COVID a enlevé la connexion humaine, se désole Daniel Lauzon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !