Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Karyne Lefebvre
Audio fil du dimanche 19 mai 2019

Internet nous surveille et se nourrit de nos données personnelles

Publié le

Une photo montrant un vieil ordinateur posé à l'horizontale surmonté d'un écran cathodique. L'appareil se trouve sur le sol, devant une installation lumineuse de laquelle sortent des dizaines de câbles informatiques qui pendent jusqu'au sol.
Le documentaire HAK_MTL fait la lumière sur les pirates d'ici qui proposent des solutions légales, sécuritaires et respectueuses de la vie privée aux services des géants du web.   Photo : Les Productions du Rapide-Blanc

« On possède tous un téléphone cellulaire, qui est un outil de surveillance plus puissant que ce que George Orwell n'aurait jamais pu imaginer », dit Noémi Mercier pour résumer le propos du documentaire HAK_MTL, réalisé par Alexandre Sheldon.

On discute aussi de ces nombreuses brèches dans notre vie privée avec Anne-Sophie Letellier, doctorante à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). La jeune femme étudie la sécurité numérique et les enjeux des droits de la personne.

La réalité est qu’on sait tous qu’on est surveillés, mais que la majorité des gens l’acceptent sans broncher. « Nos téléphones cellulaires sont très pratiques », reconnaît Thomas Leblanc. « Plusieurs disent qu’ils n’ont rien à cacher », ajoute Patrick Senécal.

Noémi Mercier rappelle que les grandes entreprises comme Google, Microsoft, Apple et Facebook revendent à prix d’or nos données personnelles. « Il y a très peu de réglementations qui encadrent la manière dont ces entreprises utilisent nos données », dit-elle.

La femme est en entrevue à la radio.
Anne-Sophie Letellier, doctorante à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Photo : Radio-Canada/Stéphanie Dupuis

D’ailleurs, selon Anne-Sophie Letellier, le poids du changement ne devrait pas revenir seulement aux utilisateurs.

On est capables d’avoir la commodité des réseaux numériques sans forcément avoir la collecte des données.

Anne-Sophie Letellier

La chercheuse explique qu’un petit nombre d’entreprises offrent des applications et des appareils qui respectent la vie privée. Finalement, elle suggère un geste simple qui ne nécessite aucun achat supplémentaire : emballer son téléphone dans du papier d’aluminium.

Chargement en cours