Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Karyne Lefebvre
Audio fil du dimanche 28 avril 2019

Les vedettes féministes aident la cause des femmes

Publié le

La chanteuse belge Angèle (Angèle Van Laeken, vêtue d'un chandail bleu ciel sur lequel on retrouve des motifs de nuages. Elle tient dans ses mains la pochette du vinyle de son premier album. L'image de la pochette est la photo de la chanteuse, enfant, tout sourire, une incisive de devant manquante.
La chanteuse belge Angèle (Angèle Van Laeken) pour Brol, son premier album (2018)   Photo : UMG

Des personnalités comme les chanteuses Angèle, Laurence Nerbonne ou Beyoncé n'hésitent pas à se dire féministes et à dénoncer le sexisme. C'est à la mode, alors qu'avant, les personnalités publiques n'osaient pas en parler. Doit-on s'en réjouir ou s'en méfier? Est-ce fait par opportunisme commercial?

Nos chroniqueurs sont unanimes pour dire que les prises de position des chanteuses représentent un pas en avant. « Je m’en réjouis. Surtout qu’on a pu voir une évolution certaine, même si, jusqu’à un certain point, ça peut être considéré comme de l’exploitation commerciale », croit Noémi Mercier.

La chroniqueuse rappelle qu’il n’y a pas si longtemps, le féminisme était stigmatisé.

Laurence Nerbonne au bar le Minotaure à Gatineau
Laurence Nerbonne Photo : Radio-Canada/Josée Guérin

« On doit avoir du féminisme dans la pop, car [ce type de musique] a amené la misogynie », soutient Patrick Senécal.

Ce dernier trouve néanmoins que les paroles sont un peu simplistes. « C’est une chanson pop, ce n’est pas une thèse de doctorat », réplique Noémi.

Cependant, la manière dont certaines vedettes font la promotion de leur féminisme divise les troupes. Le fait que Beyoncé utilise sa sexualité pour s’assumer ne fait pas l’unanimité. « Il y a un entre-deux possible », estime Patrick Senécal.

Beyonce porte un chandail jaune et un court short en jean.
Beyonce et Jay-Z finiront leur tournée à Seattle. Photo : Getty Images/Kyle Grillot/AFP/Getty Images

« Le féminisme, à la base, c’est la liberté et le pouvoir. Beyoncé est à la tête de sa propre entreprise; c’est une femme hyper puissante. Comment elle choisit d’utiliser son corps, on peut chacune avoir des réserves, mais je n’irai jamais publiquement critiquer comment une autre femme utilise son corps ou se vêtit », renchérit Noémi Mercier.

Finalement, Catherine Trudeau se demande pourquoi tout cela doit passer par le corps et le fait de se dévêtir.


Les références

Balance ton quoi, d’Angèle (vidéoclip)


Homecoming, de Beyoncé (bande-annonce)


#MeToo, de Laurence Nerbonne


Flawless, de Beyoncé

Chargement en cours