Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Karyne Lefebvre
Audio fil du dimanche 17 mars 2019

La musique canadienne a-t-elle un son différent?

Publié le

Gala des prix Juno : Existe-t-il un son canadien?
Photo : Getty Images / Andrew Chin

The Tragically Hip, Anne Murray, Bryan Adams... Un artiste représente-t-il à lui seul le son canadien? On se pose cette question juste avant le gala des prix Juno, qui récompense dimanche soir les musiciens canadiens à London, en Ontario.

Catherine Trudeau est une grande admiratrice du groupe The Tragically Hip. Pour elle, cette formation de Kingston représente le son canadien, surtout en ce qui a trait aux paroles de ses chansons.

Je ne sais pas s’il y a un son canadien, si The Tragically Hip le représente, mais pour moi, c’est dans les préoccupations et les inspirations des chansons [que ce groupe le représente]. À l’écoute, c’est du bon rock; dès qu’on plonge dans les textes, c’est là que se transmet la dimension [canadienne] des paroles. Ils traitent du territoire, des deux solitudes, de la présence autochtone.

Catherine Trudeau

Le choix de Patrick Senécal est différent de celui de ses collègues. Il préfère un autre style que le son rock-folk qu'on associe souvent à la musique canadienne. « Il y a quelques années, j’ai découvert Tanya Tagaq, qui est une chanteuse de gorge inuite », dit-il.

Le français aux Junos

La grande majorité des artistes en prestation au gala des prix Juno chantent en anglais. Cependant, ce soir, Cœur de pirate et Loud seront sur scène pour une prestation en français, une rareté dans ce gala que diffuse CBC.

Pour Patrick Senécal, les Junos représentent bien les deux solitudes, puisqu'on ne compte pas beaucoup d’artistes francophones qui arrivent à percer au Canada anglais. Noémi Mercier souligne que peu d’artistes anglophones sont aussi présents au Gala de l’ADISQ.


Le son canadien, selon nos chroniqueurs

Catherine Trudeau : New Orleans Is Sinking, du groupe The Tragically Hip


Melissa Mollen Dupuis : Summer of '69, de Bryan Adams


Thomas Leblanc : Call Me Maybe, de Carly Jae Jepsen


Patrick Senécal : Retribution, de Tanya Tagaq


Noémi Mercier : Black Velvet, d'Alannah Myles

Chargement en cours