Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Karyne Lefebvre
Audio fil du dimanche 10 mars 2019

Les spectateurs sont-il trop prudents ou seulement nostalgiques?

Publié le

Les trois femmes regardent la caméra.
Marie-Denise Pelletie, Joe Bocan et Marie Carmen repartent en tournée   Photo : Alexandre Deslauriers

Les reprises d'anciens films, les spectacles misant sur la nostalgie et la mise au goût du jour d'émissions populaires foisonnent; bien souvent, ils garantissent un succès. Les spectateurs ont-ils peur de prendre des risques, ou s'agit-il de simple nostalgie?

Dans les deux dernières semaines seulement, on a assisté au succès du lancement du spectacle du Cirque Éloize, Seul ensemble, inspiré de l’œuvre de Serge Fiori. Le premier épisode de Passe-Partout a de son côté attiré plus de 700 000 téléspectateurs, et un nouveau spectacle revisitant les succès de Marie Carmen, de Marie Denise Pelletier et de Joe Bocan a été annoncé avec les trois chanteuses en vedette.

Patrice Roy, Guillaume Chartrain et Serge Fiori en entrevue dans un studio d'enregistrement
Patrice Roy interviewe Serge Fiori et Guillaume Chartrain quelques jours avant la première du spectacle Serge Fiori, seul ensemble du Cirque Éloize. Photo : Radio-Canada

Patrick Senécal donne des chiffres éloquents pour montrer que les reprises fonctionnent très bien. « D’un point de vue commercial, c’est indéniable que c’est un succès », constate Thomas Leblanc.

Ces succès s’expliquent peut-être par des souvenirs d’adolescence qui sont marquants. « Il n’y a rien que j’aimerai autant que ce que j’aimais quand j’avais 16 ans. Dernièrement, je me suis rendu compte que j’écoute toujours la même chose », souligne Melissa Mollen Dupuis. Thomas Leblanc ajoute qu’il est prouvé scientifiquement que la musique qu’on écoute entre 11 et 14 ans nous marque pour la vie.

Catherine Trudeau croit qu’on est globalement prudents, car les sorties culturelles coûtent cher, surtout pour des parents qui doivent prévoir de faire garder les enfants. On préfère donc les valeurs sûres.

Nos chroniqueurs, poussés par leur métier respectif, tendent parfois à explorer et à découvrir de nouveaux artistes. La population en général est-elle prête à le faire?

Chargement en cours