Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Karyne Lefebvre
Audio fil du dimanche 10 février 2019

Les artistes doivent-ils choquer pour se faire entendre?

Publié le

Il tient dans ses mains 2 Félix.
Hubert Lenoir   Photo : Radio-Canada

Les tenues et paroles d'Hubert Lenoir, le t-shirt de Catherine Dorion à l'Assemblée nationale et le sang menstruel de l'activiste française irenevrose sont autant d'exemples de gestes provocateurs qui ont fait les manchettes dernièrement. Or, ces actes de défi sont-ils bénéfiques ou risqués?

Patrick Senécal croit qu’il faut se demander à quoi sert la provocation. « À passer un message? Le piège est que la provocation ne soit qu’à ton propre service », dit-il.

« On choque qui? se demande Thomas Leblanc. En revisitant l’histoire de l’art, on constate qu’il n’y a rien de nouveau. [...] L’objectif est de choquer les bourgeois, et Hubert Lenoir prend la formule classique pour les choquer. »

« Et les bourgeois tombent dans le panneau », renchérit Noémi Mercier, alors que Patrick Senécal estime qu’il n’y a rien de choquant puisque la formule a été souvent utilisée.

Choquer pour une cause?

Lorsque Catherine Dorion a porté un t-shirt de Patrice Desbiens, une tuque et des chaussures Dr. Martens à l’Assemblée nationale, elle a elle aussi envoyé un message. « Elle l’a fait pour dire : votre espace n’est plus à vous. Elle a brassé une institution bourgeoise où on porte le costume et la robe, le tailleur et les petits talons », dit Melissa Mollen Dupuis.

Catherine Dorion, à l'Assemblée nationale, est debout et porte un t-shirt sur lequel il est écrit Patrice Desbiens.
La députée Catherine Dorion de Québec solidaire Photo : Radio-Canada

Dans le cas de l’activiste française irenevrose, qui voulait protester contre la taxe rose, Catherine Trudeau croit que cette jeune femme s’est trop mise en scène. « Son message était à côté. Ça faisait très bourgeois. Dans ce cas-ci, la communication est ratée », ajoute Melissa Mollen Dupuis.

La femme montre un legging taché de sang.
irenevrose, l'artiste activiste   Photo : Danamagazine

Chargement en cours