Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Francis Reddy
Audio fil du samedi 14 avril 2018

Que veulent vraiment dire les dates de péremption?

Publié le

Sur l'emballage, on lit à consommer jusqu'au 26 novembre 2016.
Les dates de péremption sont souvent indiquées sur les emballages des aliments   Photo : iStock / fullempty

Les mots « meilleur avant » ne veulent pas dire que ce n'est plus bon après. « Après, c'est peut-être un peu moins bon, mais pas plus dangereux », explique la chimiste spécialisée en alimentation Anne-Marie Desbiens, qui est aussi auteure du blogue La foodie scientifique.

La date est une date de garantie de qualité gustative, c’est-à-dire que le goût, la texture, la quantité de vitamines et la valeur nutritionnelle vont être garantis, mais ce n’est pas une garantie de salubrité.

Anne-Marie Desbiens

Il est possible d’acheter un aliment dont la date de péremption est prévue dans deux semaines, mais dans lequel on trouve des moisissures en l’ouvrant.

Elle ajoute que les recommandations du Thermoguide du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) sont générales et varient selon différents facteurs. « Ça dépend de beaucoup d’éléments; c’est un guide », précise Anne-Marie Desbiens.

Il est aussi faux de croire que l’industrie alimentaire indique des dates les plus courtes possibles pour pouvoir vendre davantage de produits. « Les pertes de produits expirés en épicerie, ça rend le détaillant et le transformateur mécontents, car on a des pertes financières qui y sont liées », soutient-elle.

Peut-on manger un aliment dont la date d'expiration est passée?
Oui et non, estime Anne-Marie Desbiens. « Les aliments périssables à risque, comme la viande, la volaille, les produits de la mer, les produits laitiers non fermentés et les restes de repas, ne devraient pas être consommés dépassé la date. Il ne faut jamais se fier à ses sens, comme son odorat ou ses yeux, pour déterminer si un produit est contaminé ou non. La salmonelle ou l’E. coli n’ont pas d’odeur », souligne la chimiste.

Il existe peu de risques de tomber malade si on consomme des aliments peu périssables qu’on ne conserve pas au réfrigérateur. Cependant, la texture, l’odeur, la couleur et le goût du produit peuvent avoir changé. « C’est moins intéressant. C’est à vous de voir », dit Mme Desbiens.

La jeune femme porte un casque d'écoute, des lunettes et regarde l'animateur.
La chimiste et auteure du blogue « La foodie scientifique » Anne-Marie Desbiens Photo : Radio-Canada/Cécile Gladel

Tous les aliments secs qu’on va cuire, comme le riz, les pâtes ou les légumineuses, vont se conserver beaucoup moins longtemps, parce qu’ils ne sont plus secs. « Les microorganismes peuvent donc se régaler », explique Anne-Marie Desbiens.

Dernier conseil : il faut réfrigérer les restes ou les plats le plus rapidement possible (même s’ils sont chauds), dès que la vapeur cesse de se dégager. « La règle, c’est deux heures maximum sur le comptoir, sinon on jette les aliments », recommande-t-elle.

Quelques exemples de dates de péremption

- Les restes de viande : de 3 à 4 jours. Avec sauce : un jour de moins.

- Le beurre d'arachide : 2 mois lorsque le contenant est ouvert. Le département de l'Agriculture des États-Unis (USDA) conseille quant à lui de 2 à 3 mois si le pot est ouvert, sinon de 6 à 24 mois avant son ouverture. On peut le garder au réfrigérateur pour en augmenter la durée de conservation.

- Les pommes de terre : une semaine à 20 °C. Il vaut mieux les conserver à une température qui varie de 13 à 18 °C. L'USDA et plusieurs autres organismes suggèrent de 1 à 2 mois à la température ambiante.

- La moutarde sèche : 3 ans.

- Les croustilles : une semaine si le sac est ouvert. L'USDA recommande quant à elle 2 mois pour un sac non ouvert et de 1 à 2 semaines pour un sac qui l'est.

- La chapelure : 3 mois, car elle peut prendre l’humidité.

- L'essence de vanille : 2 ans (ou 12 mois si le contenant est ouvert).

- Les légumineuses cuites : 5 jours.

- Le riz cuit : de 5 à 6 jours.

Chargement en cours