Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Francis Reddy.
Audio fil du samedi 5 août 2017

La Guadeloupe dans les souvenirs alimentaires de Marc-André Coallier

Publié le

Marc-André Coallier goûte une boisson au basilic
Marc-André Coallier goûte une boisson au basilic   Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

« Avant de manger du homard, j'ai goûté la langouste », raconte le comédien Marc-André Coallier pour souligner l'importance de la Guadeloupe dans son éducation alimentaire. Il se rendait dans cet archipel tous les étés avec ses parents. C'est à son tour de répondre à notre questionnaire alimentaire.

Cet été, Marc-André Coallier joue dans Je vous écoute, une pièce présentée au Théâtre La Marjolaine, dont il est propriétaire.

L’interrogatoire alimentaire de Marc-André Coallier

Pour moi, une nappe de pique-nique, c’est… à carreaux, et on l’utilise partout : sur un quai, sur la pelouse, en pédalo ou sur le capot d’une voiture.

Quand j'entends le chant de la cigale, cela me rappelle… tomates, basilic, huile d’olive et réduction de vinaigre balsamique.

Le plaisir alimentaire dont j'abuse chaque été : les cornets de crème glacée.

En voyage ou en vacances, un souvenir de bouffe mémorable : En Guadeloupe avec mon frère, nous avons mangé une raie que nous avions pêchée avec une langouste. Un ami de la Guadeloupe nous l’a cuisinée avec du beurre noir.

Un rituel de repas d’été dans ma famille quand j’étais enfant que j’ai continué une fois adulte : Le sandwich aux tomates, avec de la mayonnaise, évidemment.

Quand je mange un Popsicle, quel souvenir de ma vie me revient? Je suis assis sur le trottoir et j’aiguise le bâtonnet sur l’asphalte.

Comme dans la chanson de Ferland La route 11, quand je voyage en voiture, je m’arrête toujours pour manger… un mets local, comme un cornet, une frite, une guédille dans le Vieux-Port ou un « spécial fromage suisse » chez MO, quand je suis dans le coin.

Ce que l’odeur de la mer me rappelle : Mon enfance en Guadeloupe, soit tous les étés de 13 à 17 ans.

Alimentairement parlant, dans quel pays je rêve de vivre? Je n’ai pas beaucoup voyagé; Montréal est dur à battre.

Quel qualificatif me définit le mieux lorsque je cuisine? Heureux et aventureux.

J’ai un premier souper d’amoureux, je prépare… des pâtes.

Si je perdais le goût, je m'ennuierais surtout… du café, du vin et du fromage.

Quelque chose que je détestais lorsque j’étais enfant, mais dont je me régale maintenant : Les huîtres.

Je rentre tard le soir, quelle est la meilleure collation avant d’aller dormir? Un bol de céréales avec une boisson de soya.

Le meilleur aliment de poche? Du fromage et des amandes.

Le fruit ou le légume le plus beau esthétiquement? La pomme et la grappe de raisin.

Une habitude alimentaire que j'aimerais abandonner? Sauter un repas.

Ce qui m’énerve le plus à table? Quand mes garçons mangent debout à côté de leur chaise.

Ma devise alimentaire : Mmm, encore, s’il vous plaît! Pour contredire mon père qui disait qu’il faut toujours rester sur son appétit, car quand l’estomac est plein, l’air passe mal et l’esprit sommeille.

Chargement en cours