Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Francis Reddy
Audio fil du samedi 6 mai 2017

Josée di Stasio découvre des secrets du Montréal culinaire

Publié le

La page de la rédactrice en chef invitée de la revue culinaire « Caribou ». Josée di Stasio avec son mot et sa photo à gauche
La page de la rédactrice en chef invitée de la revue culinaire « Caribou ». Josée di Stasio   Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

Josée di Stasio a été très surprise de découvrir que le Montréal souterrain regroupe 63 édifices, que l'on peut y boire un bon café ou encore manger un hamburger de canard au métro Peel, par exemple. L'animatrice a beaucoup appris sur Montréal en étant la rédactrice en chef invitée du magazine de culture culinaire Caribou, qui consacre un numéro à la métropole pour le 375e anniversaire de celle-ci.

« J’ai été surprise par beaucoup de choses, mais il y a aussi des choses que je connaissais. [J’ai découvert] la petite histoire qui les accompagne, qu’il s’agisse du Santropol ou de la raison pour laquelle on a des ruelles », souligne Josée di Stasio. Dans ce numéro consacré à Montréal, on retrouve aussi un mot d’Alexandre Taillefer, qui dit : « Il est temps de reconnaître ce patrimoine culinaire unique en le déclarant “bien culturel” . Comme l’art visuel, le théâtre ou la musique, notre gastronomie nourrit notre âme et celle de Montréal. La cuisine est culture. »

L’influence de Josée di Stasio sur l’alimentation
Josée di Stasio anime depuis 15 ans l’émission À la di Stasio sur les ondes de Télé-Québec. Elle est de retour à la télévision après une pause de deux ans à cause d’un cancer du sein dont elle est maintenant guérie. Durant ces 15 années, elle a influencé de nombreuses personnes qui se sont intéressées à l’alimentation. Elle assume cette influence et la porte humblement : « Je ne le porte pas sur mes épaules, car cela faisait partie d’un mouvement selon moi. [...] Je suis arrivée à un moment où il y avait une espèce d’énergie, de synergie. [...] Ce qui me touche beaucoup, c’est de voir que les gens adoptent mes recettes et qu’elles deviennent leurs recettes. »

Écoutez l'entrevue avec Éric Giroux de l'écomusée du fier monde sur l'exposition Nourrir le quartier, nourrir la ville qui retrace 200 ans d'alimentation à Montréal.

Chargement en cours